Archives mensuelles : octobre 2019

Appel à communications – Colloque Alberto Manguel, écrivain-lecteur

Alberto Manguel, écrivain-lecteur

Colloque international

Appel à communications

Alberto Manguel, avril 2013. Credit: Ulf Andersen / Aurimages.

L’œuvre et la pensée d’Alberto Manguel s’édifient et se déploient comme une bibliothèque, dans un double mouvement de densification et d’expansion, de rassemblement et de diffusion.

Cette bibliothèque à son tour se place sous le signe d’espaces à la fois réels et imaginaires, casaniers et vagabonds, modestes et aventureux, fermés et ouverts : chambre d’enfant, maison, presbytère poitevin, jusqu’aux rêveries sur Alexandrie et aux vertiges de Babel.

Alberto Manguel, ou la fascination d’un lieu – la bibliothèque – et d’un objet – le livre.

Labyrinthe ou foyer que l’on parcourt immobile, objet dense et infini comme un miroir que l’on regarde et traverse à la fois.

Ainsi, de livre en livre, l’œuvre se construit-elle sur ces parcours et ces façons d’habiter la littérature et les savoirs : elle se fait dictionnaire des lieux imaginaires de la lecture, elle explore inlassablement l’acte de lire, qui ne fait qu’un avec celui de voir et celui de vivre. Elle conjugue la réflexivité la plus dense et la liberté la plus vagabonde dans les territoires du savoir et de la sensibilité. Portrait d’Alberto Manguel en gai bohémien de l’intelligence, dirait Balzac. Centralisation et vaporisation du moi d’un lecteur constamment ébloui et éblouissant d’érudition et d’humour.

C’est ce portrait que notre colloque aimerait dresser, afin non pas d’édifier la statue d’un Lecteur absolu et comme abstrait du monde, figure hiératique ou allégorie de la Lecture, mais de rendre compte d’une authentique expérience humaine, intellectuelle, universelle dans sa façon si particulière – son style – d’envisager le visible et le lisible dans toute son étendue et son épaisseur.

Les communications pourront donc s’attacher à la cohérence et aux variations de la lecture (selon des axes ici simplement suggérés) :

  • Phénoménologie de la lecture : l’espace. Espace sensible, espace imaginaire – le corps du lecteur – l’espace de la bibliothèque – la matérialité du livre – lecture et visible (paysage, images, peinture)
  • Phénoménologie de la lecture : le temps. Exploration du temps par la lecture (mémoire, histoire et mythe) – moments de la lecture, son historicité personnelle – lecture et vie du lecteur : journal des lectures, lectures d’enfance, relectures.
  • Lecture et traduction, la langue de la lecture
  • Lecture et édition – le dialogue avec l’éditeur
  • La lecture et les genres (du roman, du récit, de la poésie) ; l’écriture de la lecture comme genre (essai, autobiographie, récit, rêverie…), et ses formes (citation, fragment, note infra-paginale, montage compilation, glose, lecture associative, collection, série…).
  • Ethique ou ethos de la lecture : sa dimension politique, sociale, amoureuse – sa rigueur et sa liberté – l’humour, l’engagement, la distance, la curiosité – la communauté de lecteurs.

Les propositions pourront nous parvenir avant le 5 novembre 2019.

Le colloque se tiendra à Poitiers (Université, Faculté des Lettres) les 8, 9 et 10 octobre 2020.

Des manifestations sont prévues autour du colloque (librairie « La belle Aventure », Éditions l’Escampette, Espace Mendès-France, Médiathèque, Cinéma le Dietrich)

Alberto Manguel sera présent pour une conférence inaugurale et pour des lectures publiques.

Le colloque est organisé par Séverine Denieul, Antonia Zagamé, Charlotte Krauss et Pierre Loubier, enseignants à l’Université de Poitiers

Laboratoire FoReLLIS EA 3816 : équipes B2 « Histoire et poétique des genres » – axe : la Lecture et les genres et B3 « Esthétique comparée » – axe : l’expérience.

Antonia Zagamé antonia.zagame@univ-poitiers.fr

Séverine Denieul severine.denieul@univ-poitiers.fr

Charlotte Krauss charlotte.krauss@univ-poitiers.fr

Pierre Loubier pierre.loubier@univ-poitiers.fr

 

 

 

 

Jean-Paul Goux romancier : écriture, mémoire, espace – Journée d’études, 18 octobre 2019

« Jean-Paul Goux romancier : écriture, mémoire, espace »

Journée d’études organisée par Alix Mary

MSHS Poitiers, salle Mélusine

9h30 : Introduction de la journée.

D’aval en amont

9h45 : Laurent Demanze (Université de Grenoble) : « Les leçons de Gracq »

10h10 : Annie Clément-Perrier (revue Europe) : « À partir de Sourdes contrées : poétique de la reprise 
dans l’œuvre de Jean-Paul Goux. »

10h45 : Pause.

Paradigmes architecturaux

11h15 : Pierre Hyppolite (Université de Paris-Nanterre) : « Les liens de l’espace : production, expérimentation,
 représentation. »

11h40 : Alix Tubman-Mary (Université de Poitiers) : « Écriture romanesque et perspectives dépravées ».

12h15-14h30 : Déjeuner.

L’ambition d’une forme

14h30 : Dominique Rabaté (Université Paris-Diderot) : « Le continu de la prose. »

14h55 : Maud Lecacheur (ENS Lyon) : « Écrire les voix vivantes : poétique de la voix chez Jean-Paul 
Goux à partir de Mémoires de l’Enclave. »

15h20 : Catherine Rannoux (Université de Poitiers) : « Le jeu des/de la voix dans La Commémoration,
 entre dialogisme, scansion et creusement du réel. »

16h-16h30 : Pause.

16h30 : Jean-Paul Goux : entretien avec Alix Tubman-Mary et discussion avec 
les participants.

17h20 : Conclusion.

Cette journée d’études sera précédée, la veille, d’un dialogue entre l’écrivain Jean-Paul Goux et Maud Lecacheur, chercheuse qui achève une thèse sur L’écrivain en posture d’écrivain public, à l’École normale supérieure de Lyon :

Une littérature de terrain avec Jean-Paul Goux.
Quand la littérature collecte des témoignages.

17 octobre 2019 – UFR Lettres et langues, amphi Agnès Varda : 1 rue Raymond Cantel, 86000 Poitiers, France – de 14h à 16h