Appel à communications : Le personnage romanesque au miroir du lecteur

Journée d’études organisée par Émilie Pézard et Antonia Zagamé

13 décembre 2019 – Université de Poitiers

Le personnage romanesque au miroir du lecteur
Procédés et formes de l’identification

Appel à télécharger

Depuis les années 1990, l’essor des théories de la fiction a permis la réhabilitation d’une conception mimétique du personnage, selon laquelle l’« existence » du personnage aux yeux du lecteur doit moins être pensée comme la « superstition littéraire » que dénonçait Paul Valéry, que comme une illusion structurante de la lecture. « L’être romanesque, pour peu qu’on oublie sa réalité textuelle, se donne à lire comme un autre vivant susceptible de maints investissements[1] », écrit Vincent Jouve dans L’Effet-personnage. Cette projection du lecteur dans le personnage, qui assure son immersion dans l’univers fictionnel, peut être perçue, non comme une modalité de lecture naïve à opposer à la lecture savante, mais comme la manifestation de cette « suspension volontaire de l’incrédulité » où se combinent illusion et lucidité, ainsi que l’analysait déjà R. L. Stevenson : « Les personnages ne sont que des pantins. Le poing osseux du marionnettiste les anime très visiblement, leurs ressorts n’ont rien de secret, leurs figures sont de bois, leurs ventres bourrés de son, et malgré cela nous partageons le cœur battant leurs aventures[2]. »

Pour penser les formes que prend ce « partage » entre lecteur et personnage, la théorie littéraire s’appuie sur deux concepts : l’empathie, c’est-à-dire le fait d’éprouver les sentiments du personnage, et l’identification. On peut supposer que si, comme l’écrit Françoise Lavocat, « le concept d’empathie a largement supplanté celui d’identification[3] », c’est notamment parce que celui-ci, dans le spectre large d’attitudes qu’il embrasse, peut davantage prêter le flanc à l’accusation de naïveté : la notion d’identification peut en effet impliquer que le lecteur partage, non seulement les émotions, mais aussi les valeurs, le caractère et le comportement du personnage ; elle suggère que ce partage déborde le temps de la lecture pour infuser l’existence du lecteur. En ce sens, l’identification semble glisser vers l’horizon psychopathologique du bovarysme, défini par Jules de Gaultier comme « la faculté de se concevoir autrement qu’on n’est ». Longtemps accusée d’être le signe d’une abolition de toute distance entre le lecteur et le texte, l’identification peut pourtant également se situer du côté du jeu et de l’émancipation. La circulation entre la littérature et la vie suggérée par l’identification croise la notion d’exemplarité pour mettre en valeur la puissance pragmatique de la littérature.

En s’appuyant sur les acquis des théories de la fiction et de la lecture, cette journée d’études, organisée par l’équipe B2 du FoReLLIS (Université de Poitiers) vise à apporter un éclairage historique à la question de l’identification, nourri par l’analyse des lectures réelles qui ont été faites des fictions romanesques. Il s’agira d’aborder dans une perspective littéraire cette notion déjà examinée par les sociologues, les experts des sciences de l’éducation, les psychologues et psychanalystes, les spécialistes d’arts du spectacle (projet IdEm).

La réflexion pourra s’organiser autour de plusieurs axes.

1) Comment définir l’identification romanesque ?

Les propositions de communication pourront d’abord s’attacher à circonscrire la notion d’identification. Quel contenu précis donner à cette expression que Michel Picard jugeait une « facilité de langue[4] », et que l’on trouve si souvent convoquée par les lecteurs ? Les processus d’identification sont en effet, comme l’écrit justement Dominique Rabaté, « assez rarement analysés dans la complexité de leur dynamique » : à qui s’identifie le lecteur ? Et pourquoi ? Est-il guidé par une ressemblance existant entre lui et le personnage : s’identifier, est-ce se reconnaître ? Mais la similarité entre le lecteur et le héros dans lequel il se projette peut n’être que très partielle, voire inexistante : l’identification n’est-elle pas alors avant tout un effet créé par le texte ? Le mot désigne-t-il la même notion d’une époque à l’autre, d’un lecteur à l’autre ?

2) Comment le texte romanesque suscite-t-il l’identification ?

Un autre axe d’étude réside dans l’examen des procédés textuels visant à produire cet effet. Au-delà des irréductibles différences individuelles, y a-t-il des effets de lecture partagés par des lecteurs, et quels sont-ils ? Comment les romanciers invitent-ils leurs lecteurs à s’identifier aux personnages ? Quinze ans après L’Effet-personnage dans le roman (1992), où Vincent Jouve répertorie différents procédés narratifs et la manière dont ils suscitent identification, proximité ou au contraire distanciation, Suzanne Keen remet en cause l’effet qu’on peut attribuer aux différentes techniques narratives. Faut-il en conclure que la narratologie thématique, qui étudie l’histoire et les actions des personnages, pourrait être une piste plus féconde que la narratologie modale ? L’hypothèse de Françoise Lavocat selon laquelle « une analyse qui ferait appel à la rhétorique, plutôt qu’à la narratologie, aurait plus de chances d’aboutir[5] » demande aussi à être vérifiée. Pourrait-on procéder à une stylistique de l’identification ?

3) Peut-on élaborer une poétique historique de l’identification ?

Cette journée d’études sera enfin l’occasion de s’interroger sur les formes et les procédés littéraires de l’identification, dans une approche transséculaire, du XVIIe siècle à nos jours, afin de constituer une poétique historique de l’identification. L’historicité de la notion est encore peu mise en valeur dans les études critiques. Françoise Lavocat[6], ainsi que le chercheur américain Nicholas Paige[7] ont posé des jalons en ce sens pour la fiction d’Ancien Régime. Leurs travaux incitent à poursuivre l’interrogation sur les formes de l’identification dans une perspective diachronique, en examinant notamment les variations liées aux genres (roman vs nouvelle, sous-genres du roman, registre réaliste vs romanesque…).

Les propositions de communication (environ 2000 signes), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 15 juin 2019 aux adresses suivantes : emilie.pezard@univ-poitiers.fr et antonia.zagame@gmail.com. La réponse sera envoyée à la fin du mois de juin.

Bibliographie indicative

Collovald Annie et Erik NEVEU, Lire le noir : enquête sur les lecteurs de récits policiers, Rennes, PUR, 2013.

ECO Umberto, « Quelques commentaires sur les personnages de fiction » (trad. de l’anglais par Francis Farrugia), SociologieS [En ligne], Dossiers, Émotions et sentiments, réalité et fiction, 2010.

GEFEN Alexandre et Bernard VOUILLOUX (dir.), Empathie et esthétique, Paris, Hermann, 2013.

Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, coll. Tel, 1978.

JOUVE Vincent (dir.), L’expérience de lecture, Paris, Éd. l’Improviste, 2005.

JOUVE Vincent, L’Effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, coll. Écriture, 1992.

KEEN Suzanne, « A Theory of Narrative Empathy », Narrative, vol. 14, no 3, p. 207-236.

KEEN Suzanne, Empathy and the novel, New York, Oxford University Press, 2007.

LARRIVÉ Véronique, Du bon usage du bovarysme dans la classe de français : développer l’empathie fictionnelle des élèves pour les aider à lire les récits littéraires : l’exemple du journal de personnage, Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 2014.

LAVOCAT Françoise, Claude MURCIA et Régis SALADO (dir.), La Fabrique du personnage, Paris, Champion, coll. Colloques, congrès et conférences sur la Littérature comparée, 2007.

LAVOCAT Françoise, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, coll. Poétique, 2016.

LENAIN Thierry et Aline WIAME (dir.), Personne/Personnage, Paris, Vrin, coll. Annales de l’Institut de philosophie de l’Université de Bruxelles, 2011.

LÉVY Clara, Le roman d’une vie : les livres de chevet et leurs lecteurs, Paris, Hermann, 2015.

LYON-CAEN Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

MACÉ Marielle (dir.), Après le bovarysme, Fabula, LhT no 9, mars 2012. URL : http://www.fabula.org/lht/9/

MACÉ Marielle, Façons de lire, manières d’être, Paris, Gallimard, 2011.

Mariette-Clot Catherine (dir.), L’Expérience romanesque au XIXe siècle, Romanesques n° 5, 2013.

Merlin-Kajman Hélène, Lire dans la gueule du loup, Gallimard, coll. NRF Essais, 2016.

PAIGE Nicholas, Before Fiction: The Ancien Régime of the Novel, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2011.

PARMENTIER Marie, « Lectures réelles et théorie littéraire », Poétique, 2017/1, no 181, p. 125-141.

PAVEL Thomas, Univers de la fiction [Fictional Worlds, 1986, traduit et remanié par l’auteur], Paris, Seuil, coll. Poétique, 1986.

PÉZARD Émilie (dir.), Le personnage, un modèle à vivre, Fabula, Colloques en ligne, 2018. URL : https://www.fabula.org/colloques/index.php?id=5074

RABATÉ Dominique, « Identification du lecteur », Modernités, no 26 : Le Lecteur engagé, dir. I. Poulin et J. Roger, Bordeaux, PUB, 2008.

ROUXEL Annie et Gérard Langlade (dir.), Le Sujet lecteur : lecture subjective et enseignement de la littérature, Rennes, PUR, 2004.

SCHAEFFER Jean-Marie, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1999.

[1] Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, coll. Écriture, 1992, p. 108.

[2] Robert Louis Stevenson, « À bâtons rompus sur le roman » [1882], Essais sur l’art de la fiction, Paris, Payot, 2007, p. 222.

[3] Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, coll. Poétique, 2016, p. 348.

[4] Michel Picard, La Lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986, p. 91.

[5] Françoise Lavocat, op. cit., p. 364.

[6] Françoise Lavocat, op. cit.

[7] Nicholas Paige, Before Fiction: The Ancien Régime of the Novel, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2011.

Lecture, fiction et non-fiction – 28 mars 2019

Jeudi 28 mars 2019 – 14h-17h – Poitiers, MSHS, salle Mélusine

Séance organisée par Antonia Zagamé

Frank Wagner (Université Rennes 2) : Fécondes « erreurs » (Sur le genre et le statut)

Sous le double patronage de Christophe Colomb et Alexander Fleming, immortelles figures de la sérendipité, l’objectif de cette conférence consistera à réfléchir à la fécondité heuristique des « erreurs » (volontaires ou non), en matière de réception des textes littéraires. Sera tout d’abord abordée la question du genre, à partir du flottement générique potentiellement induit par certains textes « théâtraux » de Nathalie Sarraute (Pour un oui ou pour un nonOuvrez) ou Marie NDiaye (Hilda) ; ou de certaines productions « poétiques » (La Doublure de Raymond Roussel). Il sera ensuite temps de passer à la question du statut (fictionnel, ou non), sur la base d’exemples prélevés notamment dans les œuvres de Wolfgang Hildesheimer (Marbot), Jean Echenoz (Ravel, CourirDes éclairs), Harry Mathews (Ma vie dans la C.I.A.) ou encore Jean-Philippe Toussaint (Made in China). Par-delà l’illustration de la fécondité de l’erreur, ce parcours en deux temps visera également à enclencher une réflexion sur les rôles respectifs de l’auteur, du texte, du lecteur et des « communautés interprétatives » (Stanley Fish) ; comme sur les méthodes qui nous servent à analyser leurs échanges.

Frank Wagner enseigne la littérature française du 20ème siècle à l’Université Rennes 2. Il est membre du comité de rédaction de la revue Vox-Poetica, et co-directeur de la collection ThéoCrit’. Ses travaux portent sur la théorie de la littérature et la littérature narrative du second 20ème siècle et de l’extrême contemporain. Il a publié une centaine d’articles, communications et entretiens dans Poétique, Protée, Narratologie, Études littéraires, La Revue des lettres modernes, Roman 20-50… Il a en outre dirigé, seul ou en collaboration, trois ouvrages, respectivement intitulés Lectures de Julien Gracq, Lectures de Robbe-Grillet, et Le Cinéma de la littérature.

 

Frédéric Pouillaude (Aix-Marseille Université) : Fictionnalités intra-factuelles. Emmanuel Carrère et la question des indices de fictionnalité

La question de l’existence et de la fiabilité d’éventuels indices internes de fictionnalité travaille le champ de la théorie littéraire depuis au moins une bonne trentaine d’années. Jugé à l’aune de tels indices, De Sang froid de Truman Capote semble incontestablement relever de la fiction, et ce malgré son appartenance générique et officiellement déclarée au non-fiction novel. À rebours, et toujours selon les mêmes critères, L’Adversaire d’Emmanuel Carrère constituerait un parfait emblème de non-fiction littéraire. Cependant, comme l’avait déjà remarqué Frank Wagner, on constate dans L’Adversaire une étonnante résistance interne et locale de certains traits de fictionnalité (discours indirect libre, focalisation interne, et allure globalement hétérodiégétique de certaines sections). En élargissant mon analyse aux œuvres ultérieures de Carrère, et notamment au Royaume, je ferai l’hypothèse que ces traits de fictionnalité relèvent d’un phénomène à la fois étrange et banal de « fictionnalité intra-factuelle », où l’identification globale du texte comme non-fiction ne repose pas seulement sur le cadrage pragmatique et contextuel, mais engage plus profondément, comme dans la « vraie vie », le respect de certains seuils de vraisemblance épistémique et l’indication claire d’un décrochage lorsque ces seuils sont dépassés (« Faisons ensemble comme si… »). C’est ce jeu cadré de la « fictionnalité intra-factuelle », également connue du cinéma et du théâtre documentaires, que je souhaiterais analyser.

Membre honoraire de l’Institut universitaire de France, Frédéric Pouillaude est professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à Aix-Marseille Université (EA 3274 LESA). Il est l’auteur du Désœuvrement chorégraphique. Étude sur la notion d’œuvre en danse (Vrin, 2009) et a co-dirigé avec Aline Caillet le volume collectif Un art documentaire. Enjeux esthétiques, politiques et éthiques (PUR, 2017).

Lire le récit d’anticipation – 7 mars 2019

Jeudi 7 mars 2019 – 14h-17h – Poitiers, MSHS, salle des Conseils

Albert Robida, Le Vingtième Siècle, 1883.

Les historiens de la science-fiction évoquent souvent les grands « précurseurs » qui ont bâti une œuvre de fiction sur une invention scientifique ou sur la description d’une société imaginaire, utopique ou dystopique. À rebours de cette perspective téléologique consistant à lire ces récits d’anticipation comme l’annonce ou l’esquisse d’un genre, la science-fiction, qui ne se développera que plus tard, on adoptera dans cette séance de séminaire une approche historique pour s’interroger sur ce que signifie « lire le récit d’anticipation » pour un lecteur entre 1860 et 1940. Le progrès scientifique et les transformations sociales qui ont marqué la France à partir de la seconde moitié du XIXe siècle ont constitué une source d’inspiration pour de très nombreux romanciers. Comment ces textes ont-ils été lus à l’époque de leur parution ? Cette multitude d’œuvres émanant d’auteurs venus d’horizons très différents a-t-elle représenté un genre homogène aux yeux des lecteurs contemporains ? En quoi la définition des genres de l’anticipation et de la dystopie est-elle tributaire des lectures qu’on fait des œuvres qui les constituent ?

Claire Barel-Moisan (CNRS / ANR Anticipation) : Mécanismes de construction d’un genre : l’anticipation à l’épreuve de la lecture

Valérie Stiénon (Paris 13) : Les fins du monde font-elles genre ? Ou comment reconnaître une dystopie quand on en lit une

Séance organisée par Émilie Pézard

Valérie Stiénon

Valérie Stiénon est maître de conférences en littérature à l’Université Paris 13. Ses recherches s’inscrivent dans une approche poétique intégrant le discours social, l’histoire matérielle et la culture visuelle. Elle a consacré sa thèse de doctorat à La littérature des physiologies (Classiques Garnier 2012) et plusieurs collectifs aux interactions entre presse et littérature, notamment Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle (PULIM 2018, avec Elina Absalyamova). Ses travaux portent notamment sur le récit d’anticipation : (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie 1840-1940 (Septentrion 2015, avec Clément Dessy), Utopie et anticipation (Textyles 2016), L’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux (Contextes 2018, avec Matthieu Letourneux), Ursula K. le Guin : féminisme et science-fiction (Res Futurae à paraître en 2019, avec Magali Nachtergael). Elle est co-directrice de la revue COnTEXTES et membre du programme ANR Anticipation (ENS Lyon, 2014-2019).

Claire Barel-Moisan

Claire Barel-Moisan est chargée de recherches au CNRS (dans l’UMR IHRIM, à l’École Normale Supérieure de Lyon). Elle enseigne à Hamilton College (Paris) et à Middlebury College (Vermont). Spécialiste de la poétique romanesque balzacienne, elle a publié des travaux sur la littérature romanesque du XIXe siècle (en particulier sur Balzac, Sand et Flaubert). Ses recherches portent actuellement sur les sciences dans le roman français et dans la presse (XIXe siècle et première moitié du XXe siècle). Elle dirige l’ANR Anticipation, sur le roman d’anticipation scientifique (1860-1940). Parmi ses dernières publications : Le XIXe siècle face au futur. VIIe Congrès de la SERD, Claire Barel-Moisan, Aude Déruelle et José-Luis Diaz (dir.), 2018 : http://serd.hypotheses.org/le-xixe-siecle-au-futur et Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay (dir.), à paraître ce printemps aux Presses Universitaires de Montréal.

Lieu du séminaire : Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, bâtiment A4, Campus de l’Université de Poitiers. Venir à la MSHS

Construire, accumuler et diffuser les savoirs à l’époque moderne – 7 mars 2019, Espace Mendès France (Poitiers)

Journée d’études interdisciplinaire en histoire des sciences et littérature sous la direction de Pascal Duris, université de Bordeaux ; Violaine Giacomotto-Charra, université Bordeaux Montaigne ; Guilhem Farrugia, université de Poitiers et Dominique Moncond’huy, université de Poitiers

Avec la Renaissance émergent à la fois le livre imprimé, l’image reproductible et de nouveaux lieux de savoirs et /ou de collection (jardin botanique, théâtre d’anatomie, observatoire astronomique, cabinets de curiosité). Or on observe une étroite interaction entre organisation des lieux de savoirs, mise en forme du texte, rôle de l’image et pratiques éditoriales : certains lieux, comme le théâtre d’anatomie, sont pensés et décrits dans les textes avant d’être effectivement construits alors que le jardin botanique ou le théâtre donnent en retour naissance à des pratiques scientifiques qui elles-mêmes nourrissent les illustrations qui accompagnent les textes, illustrations dont le rôle est souvent pensé comme mémoire d’un geste ou d’un lieu. Parallèlement, les genres littéraires ou épistémiques comme les mises en recueil référant au statut d’un objet naturel ou artificiel, à une pratique ou à un lieu (jardin, théâtre, observations, singularités, conseils, etc.) se multiplient et parfois se croisent (Observations de singularités, par exemple), développant leur ordre et leur mode d’écriture propres.

Dans le cadre d’une réflexion d’ensemble sur la structuration des savoirs, leur mode de classement et de diffusion en synchronie comme en diachronie, la journée d’étude a pour but d’étudier les différentes formes de construction, d’accumulation et de circulation des savoirs à l’époque moderne, formes aussi bien matérielles (développement des collections et des cabinets de curiosité, par exemple) que textuelles (en particulier les formes de l’encyclopédisme, médical, philosophique, scientifique… ; le développement et l’évolution du genre de la somme, botanique et zoologique) ou éditoriales, et si possible de dégager la signification des interactions entre ordre des choses, ordre des textes et ordre des livres.

L’ouverture diachronique (du XVIe au XVIIIe siècle) et disciplinaire (techniques et Belles-Lettres, peinture, architecture, savants professionnels et amateurs) vise à permettre d’analyser les conditions épistémologiques, culturelles et symboliques de diffusion et de matérialisation des savoirs et leur évolution au fil du temps. De nouveaux lieux de savoirs émergent-ils et influencent-ils la forme des textes et / ou des livres ? Textes et livres influent-ils en retour sur la manière de penser l’espace ? Que veut dire « circulation » des savoirs ? Entre auteurs et lecteurs ? Entre plusieurs lectorats ou auditoires ? Entre plusieurs formes du savoir ? Toutes les communications permettant de mieux conceptualiser les liens entre lieux, textes et livres, les notions de structuration et de circulation du savoir, l’organisation des espaces de réception du savoir sont particulièrement les bienvenues.

Programme

10h : Mot d’accueil par Didier Moreau (directeur de l’Espace Mendès France).

10h15 : Introduction de la journée par Violaine Giacomotto-Charra.

10h30 – 13h00 : Espaces et textes I : « trésors et cabinets » 

10h30 : Anne Réach Ngo (Université de Haute-Alsace, Institut Universitaire de France) : « Thresor historiques et géographiques de la Renaissance, compiler des savoirs pour quels usages? »

– 11h : Fabrice Chassot (Université Toulouse Jean-Jaurès) : « Converser, conserver : distribuer er diffuser les savoirs sous forme de dialogue »

11h30 : Myriam Marrache (Université de Bretagne Occidentale) : « De Gesner à Platter, le compilateur et l’anatomiste »

– 12h : discussion

14h30-17h :  Espaces et textes II : « jardins et accumulation du savoir »

– 14h30 : Marine Parra (Université de Haute-Alsace) : « Jardins de lettres et jardins de feuilles. Du poète au tulipier, de l’encyclopédiste à l’apothicaire ».

– 15h :  Aurélia Gaillard (Université Bordeaux Montaigne) : « Les labyrinthes de verdure de la fin du XVIIe siècle à la Révolution française : cartographie d’un espace imaginaire ».

– 15h30 : Guilhem Farrugia (Université de Poitiers) : « Circulation et construction de la notion de paysage au tournant des Lumières ».

16h : discussion et conclusions

Les personnages à l’épreuve de la lecture – 14 février 2019

La prochaine séance de séminaire du FoReLLIS B2 aura lieu jeudi 14 février 2019, 14h-17h, à l’UFR Lettres et langues de l’Université de Poitiers, Salle des Actes.

Alors que les notions d’empathie et d’identification, à la faveur notamment de l’essor des sciences cognitives, ont trouvé une nouvelle légitimité dans les études littéraires, cette séance de séminaire vise à s’interroger sur la réception du personnage de fiction à travers les usages possibles d’un outil sociologique : l’enquête menée auprès de lecteurs. Comment articuler analyse de l’effet du texte littéraire et étude de la réception ? Dans le cadre des travaux du FoReLLIS B2 sur l’histoire et la poétique des genres littéraires, nous nous intéresserons particulièrement à la place du genre dans la lecture : perçoit-on différemment les personnages de fiction selon le genre narratif auquel ils appartiennent?

Élodie Hommel (Docteur en sociologie, ESPE de Toulouse, CERTOP/ Centre Max Weber) : Lecteurs et lectrices face aux personnages dans les romans de science-fiction et fantasy

Émilie Pézard (MCF en littérature française, Université de Poitiers, FoReLLIS B2), avec les étudiantes des Masters LASS et LiMés : Fatima-Zahra Dahir, Mathilde Gazeau, Mathilde Gay-Peiller, Auriane Léonard et Mélody Pizon : Les rapports du lecteur réel au personnage de fiction. Bilan d’enquêtes

Présentation des intervenantes :

Élodie Hommel est sociologue. Elle a soutenu en décembre 2017 une thèse intitulée Lectures de science-fiction et fantasy : enquête sociologique sur les réceptions et appropriations des littératures de l’imaginaire. Actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’ESPE de Toulouse (CERTOP) et chercheuse associée au Centre Max Weber, elle poursuit des recherches sur les pratiques de lecture des jeunes adultes et sur la socialisation amoureuse des enfants et adolescents via les productions culturelles.

Émilie Pézard est MCF en littérature française du XIXe siècle à l’Université de Poitiers et membre du FoReLLIS B2. Ses travaux portent sur la poétique et la réception des genres romanesques au XIXe siècle, notamment le roman noir, le genre frénétique et le récit d’anticipation. Ses recherches actuelles portent sur l’interprétation axiologique des personnages de fiction et sur les interactions entre la littérature et la vie. Dans cette perspective, elle s’est notamment intéressée au bovarysme et à la réception des « admirables scélérats » du romantisme noir.

Fatima-Zahra Dahir et Mathilde Gazeau (master LASS), Mathilde Gay-Peiller, Auriane Léonard et Mélody Pizon (master LiMés) sont étudiantes en 1re année de Master à l’Université de Poitiers. Dans le cadre du séminaire « Pratiques, usages, expériences de lecture » proposé par Émilie Pézard, elles ont conçu et mené une enquête sur le rapport des lecteurs aux personnages de fiction. Lors de cette séance de séminaire, elles présenteront quelques-uns des résultats de leur travail.

Histoire et poétique des genres

Ce carnet est dédié aux travaux sur l’histoire et la poétique des genres littéraires menés par l’équipe B2 du FoReLLIS (Formes et Représentations en Linguistique, Littérature et dans les Arts de l’image et de la scène – Université de Poitiers). Dirigée par Pierre Loubier, l’équipe B2 du FoReLLIS s’est constituée à partir d’un champ littéraire bien identifié, celui des « genres », ce qui l’a conduite à étudier la transgénéricité envisagée d’un point de vue aussi bien historique que théorique, ainsi que plusieurs formes génériques, avec l’étude du sonnet, d’une forme oulipienne (la « morale élémentaire » de Queneau), du monologue dramatique ou de l’essai.