Les lectures de la « première fois » : Lectures d’enfance et découverte d’un genre littéraire – 14 novembre

Séminaire du FoReLLIS B2
Projet 2018-2022 : Genres littéraires et lecture
Séance organisée par Antonia Zagamé
MSHS de l’Université de Poitiers (salle Guillaume le Troubadour), de 14h à 17h

Déborah Lévy-Bertherat (Ens-Ulm) : Habit vert, Bibliothèque rose, encre rouge. Premières lectures dans Enfance de Sarraute

On abordera les toutes premières expériences de lecture de la jeune narratrice découvrant les deux genres majeurs de la littérature de jeunesse : albums et romans.
La lecture (faite par le père) de deux albums correspond à une expérience primordiale de l’émotion, tantôt traumatique, tantôt comique. Au-delà d’un « lieu commun » mémoriel et générationnel, le choix des ouvrages (Struwwelpeter et Max et Moritz) et des épisodes est une reconstruction très consciente : elle élargit l’expérience du livre à celle de l’Histoire.
La découverte du genre romanesque apparaît dans deux épisodes disjoints et contradictoires, liés à la mère. Le premier, est celui des vacances dans la famille russe, souvenir “conforme aux modèles” encadré par des références à la Bibliothèque rose et par La Case de l’oncle Tom ; l’autre, traumatique, est celui du premier essai littéraire d’inspiration caucasienne (plagiant des lectures non mentionnées), sans doute en russe, dont un lecteur sévère brise l’élan.
Enfance prête à Natacha une approche naïve de la littérature comme clé de lecture du monde et de relations familiales, mais Sarraute la théoricienne n’est jamais loin, projetant sur cette découverte des genres fictionnels le soupçon d’une re-lecture très avertie.

Déborah Lévy-Bertherat est maître de conférences en Littérature comparée au département Littérature et langages de l’ENS et membre du CRRLPM (République des Savoirs, USR 3608). Sa recherche porte sur les récits d’enfance, récits de guerre, témoignage et fiction. Elle a consacré aux enfants sauvages, aux enfants au pouvoir, aux rapports entre enfance et violence plusieurs séminaires à l’ENS, et des articles. Ses derniers ouvrages publiés sont : J’ai tué. Violence guerrière et fictions (Droz, 2010, avec P. Schoentjes), Dictionnaire du romantisme (Alain Vaillant, dir., CNRS, 2012), Enfants sauvages. Savoirs et représentations (avec M. Lévêque, Hermann, 2017) et L’épopée des petites filles (avec F. Zamour, L’Improviste, 2019). Elle a édité et traduit Un héros de notre temps de Lermontov et Les Nouvelles de Pétersbourg de Gogol (GF, 2003 et 2009). Elle dirige le programme Médecine-Humanités à l’École normale supérieure. Elle est aussi l’auteure de trois romans, Les Voyages de Daniel Ascher, Les Fiancés et Le Châle de Marie Curie (Rivages, 2013, 2015 et 2017).

Nicolas Fréry (Sorbonne-Université) : Premières lectures et construction de soi dans la littérature française du XVIIIe siècle

Événement inaugural, expérience fondatrice, l’éveil aux livres est analysé par bien des auteurs du XVIIIe siècle comme une étape décisive dans la construction de soi. Notre propos sera d’étudier cet imaginaire des premières lectures qui se déploie au siècle des Lumières en mettant l’accent sur les répercussions à long terme que les auteurs, non sans une évidente théâtralisation, prêtent à des premiers émois livresques supposés laisser une empreinte indélébile sur l’individu. Ainsi s’agira-t-il aussi bien d’envisager le souvenir des premières lectures comme un souvenir vif et durable, que d’interroger l’influence que les livres d’enfance passent pour exercer sur le caractère du lecteur, avant d’étudier axiologiquement ces effets des premiers livres : y-a-t-il miraculeuse découverte de soi grâce à la lecture, ou plutôt dangereux risque d’aliénation ?

Nicolas Fréry est agrégé de Lettres modernes, ancien élève de l’ENS de Paris et doctorant contractuel à la faculté de lettres de Sorbonne Université. Il a écrit Marivaux. La Dispute, La Fausse Suivante, La Double Inconstance, éd. Atlande, coll. « Clefs Concours », 2018 (à l’exception du chapitre d’étude linguistique). Ses mémoires de master, portant sur les usages de la lecture au XVIIIe siècle, ont donné lieu à l’article suivant : « Rêves héroïques : Lire Plutarque à la manière de Rousseau », Dix-huitième siècle, n°51, (1/2019), p. 397-416.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.