Lecture, fiction et non-fiction – 28 mars 2019

Jeudi 28 mars 2019 – 14h-17h – Poitiers, MSHS, salle Mélusine

Séance organisée par Antonia Zagamé

Frank Wagner (Université Rennes 2) : Fécondes « erreurs » (Sur le genre et le statut)

Sous le double patronage de Christophe Colomb et Alexander Fleming, immortelles figures de la sérendipité, l’objectif de cette conférence consistera à réfléchir à la fécondité heuristique des « erreurs » (volontaires ou non), en matière de réception des textes littéraires. Sera tout d’abord abordée la question du genre, à partir du flottement générique potentiellement induit par certains textes « théâtraux » de Nathalie Sarraute (Pour un oui ou pour un nonOuvrez) ou Marie NDiaye (Hilda) ; ou de certaines productions « poétiques » (La Doublure de Raymond Roussel). Il sera ensuite temps de passer à la question du statut (fictionnel, ou non), sur la base d’exemples prélevés notamment dans les œuvres de Wolfgang Hildesheimer (Marbot), Jean Echenoz (Ravel, CourirDes éclairs), Harry Mathews (Ma vie dans la C.I.A.) ou encore Jean-Philippe Toussaint (Made in China). Par-delà l’illustration de la fécondité de l’erreur, ce parcours en deux temps visera également à enclencher une réflexion sur les rôles respectifs de l’auteur, du texte, du lecteur et des « communautés interprétatives » (Stanley Fish) ; comme sur les méthodes qui nous servent à analyser leurs échanges.

Frank Wagner enseigne la littérature française du 20ème siècle à l’Université Rennes 2. Il est membre du comité de rédaction de la revue Vox-Poetica, et co-directeur de la collection ThéoCrit’. Ses travaux portent sur la théorie de la littérature et la littérature narrative du second 20ème siècle et de l’extrême contemporain. Il a publié une centaine d’articles, communications et entretiens dans Poétique, Protée, Narratologie, Études littéraires, La Revue des lettres modernes, Roman 20-50… Il a en outre dirigé, seul ou en collaboration, trois ouvrages, respectivement intitulés Lectures de Julien Gracq, Lectures de Robbe-Grillet, et Le Cinéma de la littérature.

 

Frédéric Pouillaude (Aix-Marseille Université) : Fictionnalités intra-factuelles. Emmanuel Carrère et la question des indices de fictionnalité

La question de l’existence et de la fiabilité d’éventuels indices internes de fictionnalité travaille le champ de la théorie littéraire depuis au moins une bonne trentaine d’années. Jugé à l’aune de tels indices, De Sang froid de Truman Capote semble incontestablement relever de la fiction, et ce malgré son appartenance générique et officiellement déclarée au non-fiction novel. À rebours, et toujours selon les mêmes critères, L’Adversaire d’Emmanuel Carrère constituerait un parfait emblème de non-fiction littéraire. Cependant, comme l’avait déjà remarqué Frank Wagner, on constate dans L’Adversaire une étonnante résistance interne et locale de certains traits de fictionnalité (discours indirect libre, focalisation interne, et allure globalement hétérodiégétique de certaines sections). En élargissant mon analyse aux œuvres ultérieures de Carrère, et notamment au Royaume, je ferai l’hypothèse que ces traits de fictionnalité relèvent d’un phénomène à la fois étrange et banal de « fictionnalité intra-factuelle », où l’identification globale du texte comme non-fiction ne repose pas seulement sur le cadrage pragmatique et contextuel, mais engage plus profondément, comme dans la « vraie vie », le respect de certains seuils de vraisemblance épistémique et l’indication claire d’un décrochage lorsque ces seuils sont dépassés (« Faisons ensemble comme si… »). C’est ce jeu cadré de la « fictionnalité intra-factuelle », également connue du cinéma et du théâtre documentaires, que je souhaiterais analyser.

Membre honoraire de l’Institut universitaire de France, Frédéric Pouillaude est professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à Aix-Marseille Université (EA 3274 LESA). Il est l’auteur du Désœuvrement chorégraphique. Étude sur la notion d’œuvre en danse (Vrin, 2009) et a co-dirigé avec Aline Caillet le volume collectif Un art documentaire. Enjeux esthétiques, politiques et éthiques (PUR, 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.