Lire le récit d’anticipation – 7 mars 2019

Jeudi 7 mars 2019 – 14h-17h – Poitiers, MSHS, salle des Conseils

Albert Robida, Le Vingtième Siècle, 1883.

Les historiens de la science-fiction évoquent souvent les grands « précurseurs » qui ont bâti une œuvre de fiction sur une invention scientifique ou sur la description d’une société imaginaire, utopique ou dystopique. À rebours de cette perspective téléologique consistant à lire ces récits d’anticipation comme l’annonce ou l’esquisse d’un genre, la science-fiction, qui ne se développera que plus tard, on adoptera dans cette séance de séminaire une approche historique pour s’interroger sur ce que signifie « lire le récit d’anticipation » pour un lecteur entre 1860 et 1940. Le progrès scientifique et les transformations sociales qui ont marqué la France à partir de la seconde moitié du XIXe siècle ont constitué une source d’inspiration pour de très nombreux romanciers. Comment ces textes ont-ils été lus à l’époque de leur parution ? Cette multitude d’œuvres émanant d’auteurs venus d’horizons très différents a-t-elle représenté un genre homogène aux yeux des lecteurs contemporains ? En quoi la définition des genres de l’anticipation et de la dystopie est-elle tributaire des lectures qu’on fait des œuvres qui les constituent ?

Claire Barel-Moisan (CNRS / ANR Anticipation) : Mécanismes de construction d’un genre : l’anticipation à l’épreuve de la lecture

Valérie Stiénon (Paris 13) : Les fins du monde font-elles genre ? Ou comment reconnaître une dystopie quand on en lit une

Séance organisée par Émilie Pézard

Valérie Stiénon

Valérie Stiénon est maître de conférences en littérature à l’Université Paris 13. Ses recherches s’inscrivent dans une approche poétique intégrant le discours social, l’histoire matérielle et la culture visuelle. Elle a consacré sa thèse de doctorat à La littérature des physiologies (Classiques Garnier 2012) et plusieurs collectifs aux interactions entre presse et littérature, notamment Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle (PULIM 2018, avec Elina Absalyamova). Ses travaux portent notamment sur le récit d’anticipation : (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie 1840-1940 (Septentrion 2015, avec Clément Dessy), Utopie et anticipation (Textyles 2016), L’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux (Contextes 2018, avec Matthieu Letourneux), Ursula K. le Guin : féminisme et science-fiction (Res Futurae à paraître en 2019, avec Magali Nachtergael). Elle est co-directrice de la revue COnTEXTES et membre du programme ANR Anticipation (ENS Lyon, 2014-2019).

Claire Barel-Moisan

Claire Barel-Moisan est chargée de recherches au CNRS (dans l’UMR IHRIM, à l’École Normale Supérieure de Lyon). Elle enseigne à Hamilton College (Paris) et à Middlebury College (Vermont). Spécialiste de la poétique romanesque balzacienne, elle a publié des travaux sur la littérature romanesque du XIXe siècle (en particulier sur Balzac, Sand et Flaubert). Ses recherches portent actuellement sur les sciences dans le roman français et dans la presse (XIXe siècle et première moitié du XXe siècle). Elle dirige l’ANR Anticipation, sur le roman d’anticipation scientifique (1860-1940). Parmi ses dernières publications : Le XIXe siècle face au futur. VIIe Congrès de la SERD, Claire Barel-Moisan, Aude Déruelle et José-Luis Diaz (dir.), 2018 : http://serd.hypotheses.org/le-xixe-siecle-au-futur et Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay (dir.), à paraître ce printemps aux Presses Universitaires de Montréal.

Lieu du séminaire : Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, bâtiment A4, Campus de l’Université de Poitiers. Venir à la MSHS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.